2de Euro ingénieurs, "Autour du livre de Pierre"

Année 2021-2022

 

Dans le cadre du dispositif des Cordées de la réussite, la seconde 10 euro-ingénieur participe à un projet particulier mené avec l’Ecole des Mines. Ce projet est né de la collaboration entre Dominique Lafon-Pham, enseignante chercheuse à l’IMT d’Alès, et Sophie Therond, enseignante de Lettres et CAV au lycée JBD.

« Autour du livre de pierre » propose une réflexion à partir de la lecture de textes. Il s’agit d’interpréter des signes, des symboles, des couleurs lors de l’analyse de textes littéraires. Il s’agit aussi de saisir plus largement les enjeux de la construction et de la sauvegarde d’un monument historique, lieu de mémoire civilisationnel.

Les interventions de Dominique Lafon-Pham compléteront le travail effectué en cours de Français par des connaissances scientifiques.

En quoi les signes, les couleurs et symboles trouvés dans les textes littéraires et sur des monuments historiques proposent-ils un langage commun, une trace, une histoire de notre civilisation ?

 

La première intervention de Dominique conduira les élèves à réfléchir « scientifiquement » sur le symbole des couleurs à travers la couleur perçue, la couleur décrite et la couleur mesurée.

Qu’est-ce que la couleur au Moyen-Age ? Comment pouvons-nous l'appréhender dans le roman de V.Hugo étudié en français, Notre-Dame de Paris ?

 

De manière plus générale, qu’est-ce que le bleu ? Que signifient les couleurs primaires ? A quelle époque ? Dans quelle civilisation ? Comment ces couleurs sont-elles encore utilisées aujourd’hui dans le marketing ?

 

 

Quand un auteur, un dramaturge ou un poète utilise des couleurs précises dans un texte, il signifie quelque chose. Ces couleurs ont également un rôle précis dans les monuments historiques. Que dire de certains signes particuliers retrouvés sur des lieux historiques quand ils sont reconnaissables aujourd’hui ? Par exemple, pourquoi dessiner tel animal dans une grotte de la préhistoire ? Pourquoi représente-t-on cet animal plutôt qu’un autre ? Comment le fait-on apparaître ? Pourquoi utilise-t-on une couleur précise ?

 

 

 

 

ECRITS DES ELEVES : le point de vue et l’impératif.

 

SUJET : Notre-Dame de Paris prend aujourd’hui la parole et s’adresse à un passant.

Que lui dit-elle ? En adoptant son point de vue, écrivez son discours qui rappellera son

histoire et justifiera l’emploi de nombreux impératifs.

 

 

 

 

La deuxième intervention de Dominique conduira les élèves à fabriquer de la couleur.

Comment, avec de l’argile et de la pierre, les humains parvenaient-ils à créer la couleur ?

 

Comment la voyaient-ils ? Avec quelle lumière, quelles sources lumineuses ? Comment la déposaient-ils et sur quels matériaux ?

Choix d’un support particulier :

En fonction du papier et de sa couleur, le résultat n'est pas le même.

 

Choix du moyen d’étaler la couleur : quelles techniques?

a) Argile: Mia essaie la technique "du doigt"

 

b) Argile: Sowan essaie celle du pinceau

 

c) Argile: Layth, celle du bâton

 

d) Pierre: Vince trace un trait à la pierre

 

Choix de la lumière :

En fonction des lumières, le résultat n'est pas le même.

Quelles lumières avons-nous utilisées?  la lumière de la fenêtre de la classe, l'éclairage de la classe, une LED.

 

 

Toutes ces expériences changent la perception d’une couleur. 

 

ECRITS DES ELEVES : le point de vue et le discours poétique.

 

Le documentaire "L'odyssée de l'écriture -les origines-" nous apprend que dans

les territoires autochtones du nord de l'Australie, depuis des milliers d’années,

la culture aborigène s’est transmise par la parole à travers des poèmes et des chants

sans avoir recours à l’écriture. C’est la tradition orale (chant), et donc la force du

discours poétique, qui explique la création du monde de générations en générations.  

 

Pourquoi nos ancêtres ont-ils eu, à un moment donné, le besoin d’écrire ?

Les signes et les images sont un bien commun à toutes les cultures. Ils apparaissent sur

des rochers, dans des grottes…

 

 

Alors qu’il est assis devant un de ces énormes rochers, un ancien aborigène explique :

« Alors que la boue durcissait, les ancêtres sont entrés dans la roche laissant

 des empreintes humaines et une trace de la création du monde. »

 

SUJET : vous êtes aujourd’hui face à cette fresque rupestre représentant toutes ces mains d’ancêtres « entrés dans le rocher ». Imaginez les êtres auxquels ces mains appartiennent : qui sont-ils ? Qu’ont-ils voulu dire par leur « écrit » peint sur cette paroi ?

Imaginez leur discours sous forme poétique.